Comparatif des portes-étampes (faisoux)




Pour les besoins de notre festouX d'avril (les journées européennes des métiers d'art),  ne pouvant pas planter l'enclume en terre, il nous a fallu modifier le billot afin de pouvoir forger sur sol dur.


L'atelier en ordre, nos couleurs flottent au vent.

Cela a aussi été l'occasion de tester le porte-étampe : le câble prend place dans les encoches taillées sur l'étampe, l'ensemble est tendu par la fixation réglable...de chaussures de ski !


Hast versus Fixation de ski

Pour forger seul, ce système est efficace car l'étampe est maintenue fermement et permet d'avoir les deux mains libres pour approcher la matière chaude et frapper. En revanche, il n'y a plus d'espace libre sur la table d'enclume pour redresser, trancher, faire une mise à section...
L' utilisation du hast peut fonctionner en forge solo, à condition d' être à bonne hauteur et trouver la bonne façon de l'immobiliser avec son corps. On est moins à l'aise pour la frappe mais on peut facilement passer de l'étampe à l'enclume.

A deux, il est préférable d'utiliser le hast ; on a alors un bon maintien d'étampe et la table d'enclume est disponible pour les autres opérations.

Il nous reste à éprouver Sur Place un autre système : un porte-étampe s'adaptant à la petite bigorne. Cette version nécessite l'emploi d'étampes toujours calibrées aux mêmes dimensions (actuellement nous les fabriquons en 45X45). Il reste des surfaces disponibles pour forger et l'outil, adapté à l'oeil de l'enclume, se retire facilement.


Etampe fixée à son support sur la bigorne.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Faou

Atelier d'un jour pour forger toujours...

Made